LAURÉAT PRIX VILLE AFRICAINE SOLIDAIRE ET DURABLE

Ce prix distinguera les projets ou réalisations d’Afrique francophone qui intègrent
les dimensions durables et solidaires, c’est-à-dire qui améliorent l’environnement local à court,
moyen et long terme tout en favorisant la lutte contre l’exclusion et la participation citoyenne. 



Réinsertion rurale par l'ASA : exode urbain,

solution à l'exode rural

par l'ASA


https://www.asa-madagascar.org/-Reinsertion-urbaine-.html



Benoit Pélier, Président de l'ASA ParisMada
©Adrien Leleup




L’initiative de réinsertion rurale.

Le projet de réinsertion rurale consiste à former des familles malgaches sans-abris à l’agriculture, en 3 ans, pour ainsi leur permettre ensuite de migrer en milieu rural à 300 km à l’ouest de la capitale. Ces nouveaux paysans s’autonomisent et deviennent propriétaires de leur maison et de leur terre en quelques années.

Toutes les étapes de l’autonomisation des familles de la ville vers la campagne sont prises en charge par l’ASA. Premièrement, une équipe d’assistants sociaux va dans les bidonvilles d’Antananarivo pour proposer à des familles d’intégrer le programme. Plusieurs entretiens sont nécessaires. Ensuite, la vingtaine de familles  retenues bénéficiera dans le centre d’Antanety (à 15 km d’Antananarivo) d’une formation en agriculture, de l’établissement de papiers d’identité, de soins gratuits, et d’école pour leurs enfants. Cette étape dure de deux à trois années. Ils se constitueront également un « trousseau » (table, chaises, lit, petit élevage, boutures, etc.) qui serviront à leur future installation en zone rurale. L’ASA installe chacune de ces 20 familles dans une maison et leur alloue trois hectares de terrains, ainsi qu’une charrette et un zébu. Ces terrains ont été mis à disposition de l’ASA par l’état Malgache. Pendant deux ans, le soutien de l’ASA sera dégressif pour accompagner l’autonomisation alimentaire et économique des familles. À ce jour, 29 villages et 3 100 personnes ont été installés dans la zone rurale. L’ASA y a implanté 4 écoles primaires, 2 collèges, 1 lycée, Centre des Métiers Ruraux et 3 dispensaires.

Le jury a particulièrement apprécié ce projet pour la complétude de son impact sur la population des bidonvilles d’Antananarivo, sa vision à long terme de l’accompagnement des bénéficiaires, en passant par une formation professionnelle pour une solution et un bénéfice durables dans le temps.





Antanety, centre de formation initiale, proche de la capitale




Centre des Métiers Ruraux, 40 élèves, formation professionnelle
en 2 ans pour les jeunes des 2ème générations